Latest Plans:
RSS
Jun 22
C.126Bis- THISTLE AS A POTENTIAL ANTI-COVID-19 TREATMENT
There are no translations available.

The chef’s big surprise is milk thistle (Silybum Marianum, Milk Thistle, wild artichoke, or according to the Bible: Lebanon thistle). • • The international literature is abundant (more than 3000 references on Pubmed), one can find a review on Kshirsagar A (2009). It contains at least 3 anti-Covid-19 substances :: Silybin (silibinin), quercetin and kaempferol. The story of milk thistle began with an incredible demonstration of its effectiveness in front of journalists: By first ingesting this thistle, it is then possible to eat Phalloid Amanita without feeling the effects or dying. This "! Weed!" therefore has a very high protective power in prevention against a deadly liver poison (fulminant hepatitis, requiring liver transplant). It is sold in a bioavailable (that is to say assimilable) orally (Siliphos®) form in the USA: Silybin + phosphatidylcholine. In Germany, the firm Madaus markets it as a hepato-protector (silibinin, Legalon®), but by the I.V. route, (Legalon SIL®) in particular against hepatitis C. Biermer M (2009) cured post-hepatitis C liver cancer with silymarin. In 1989, the use of 70% silymarin was approved by the European Commission to treat hepatic poisoning such as hepatitis and cirrhosis of the liver. In 2002, the WHO also recognized these uses. I had studied it as such, and found that its mechanism of action in hepatitis C was through the Fas Ligand -Fas pathway, because it is a mimetic molecular Fas Ligand (residues 20-SPWA P PGTVLPC-31), as well as diOH OH, phalloidin of Phalloid Amanita (TaLWA P CTV) and core virus of hepatitis C (110-TPgWSP-105 retro-inverso, and 125-TLTC-128), their common point being that they mimic the hepatotropic WSP pattern. Chemically, the indole nucleus tryptophan W and proline P mimic benzopyran and silybin phenyl, respectively: Silybin acts as a competitive inhibitor of FasL-Fas binding. (Tran GMK, ISHEID Toulon 2002; Tran GMK, GEMHEP 2013 (doc. Attached)). Lymphopenia from Covid-19 The FasL pathway is important to consider because it causes lymphopenia in the fatal severe form of H5N1 pulmonary influenza (Boonnak K, 2014), which bears some resemblance to the lymphopenia observed in Covid-19 (Ahmad T, 2020). In systemic lupus erythematosus, where lymphopenia is observed, FasL is abnormal, both in mice and in humans. sibyline could therefore counter Covid-19 lymphopenia and avoid the forms serious. In addition, the FasL-Fas pathway amplifies the NF-kB, which is the conductor of the cytokine storm. Here too, silybin would act by inhibiting NF-kB on the storm • cytokine of the 2nd phase of COVID-19 .. In addition to these beneficial mechanisms on lymphopenia and cytokine storm in Covid-19, silybin also acts as a direct antiviral, through a number of mechanisms of action: Molecular docking (Pandit M, 2020) reveals that silybin (silibinin) is both: 1) anti-spike S (inhibits binding to ACE2) 2) inhibitor of Mpro protease and 3) inhibitor of RNA polymerase RdRp which is not surprising, because the 3 functionally target proteins have nothing to do with each other. This triple anti-viral versatility makes silybin a triple therapy in one molecule: 3 in one. It is completely unprecedented that a single molecule can simultaneously attack the virus at its 3 weak points, leaving it almost no chance of escaping the fatal encirclement. It is not toxic: Le Vidal mentions practically nothing (very rare gastralgias, diarrhea; exceptional allergies), since 1974. The attack on the spike S, preventing its binding to ACE2 is extremely interesting, because elderly subjects are known to be the prime targets of Covid-19 because they have a very large number of ACE2 receptors, unlike children who are not at all (or exceptionally) sensitive to them because they are do not have this same receiver: Indeed the richness of this receiver increases in proportion to age. This is to say if the inhibition of the ACE2 spike is crucial for beat Covid-19: From March to June 2020, 96% of additional deaths from COVID-19 in Europe occurred in patients over the age of 70 (Yanez ND, 2020, Eurostat). In France, the milestone of 100,000 deaths has been largely crossed (108,343 deaths on 20.5.21, according to Public Health France). The attack on the protease is also no less crucial, since each time an anti-protease was used as an antiviral, the epidemic was stopped: The 2 examples of the AIDS and hepatitis C epidemics are the most convincing proof of this. Molecular docking was crucial in the discovery of anti- anti-HIV-1 proteases. In Covid-19, it will be recalled that colchicine, which reduced Covid-19 mortality by 44% in the Canadian clinical study by Jean-Claude Late, has been retrospectively found to be effective in Docking studies (Serseg T, 2020). In addition, in the case of AIDS, it was the triple therapy that was decisive, preventing the appearance of drug resistance through this crossfire. Silybin has these 3 characteristics combined: it inhibits binding to ACE2, is an anti-protease and, the icing on the cake, is in itself a triple therapy. Formulas similar to silybin (silydianin, silycristin, silybinone, silyamandine, silybemine) (AbouZid SF, 2017) have not been studied in molecular docking. But as silybin constitutes 70% of the components of the plant, the other minor components can initially be put on hold. However, it would be important to know which of the 2 steroisomers (A or B) of silybin is the most active on Covid-19. • • In addition to Silybin, Silybum Marianum also contains Quercetin and Kaempferol: Quercetin is anti-Covid-19. Quercetin is also found in the drug from the Phytokôbaz Laboratory in Martinique: Pik grass or Neurolaena Lobata. Here the mechanism of action is quite original and revolutionary: Inhibition Replication of Covid-19 (which is an RNA virus) involves blocking nucleotide synthesis. Quercetin inhibits DHODH (DiHydroOrotateDesHydrogenase) necessary for the production of the nucleotide precursor orotate. In the absence of orotate, the virus's RNA can no longer be synthesized and it dies. Kaempferol is anti-Covid-19. It is one of the components of Artemisia Annua, successfully used by Malagasy President Andry Rajoelina on his island of Madagascar (April 19, 2020). Milk thistle therefore acts like the 2 combined remedies, that of Martinique (Neurolaena Lobata, Quercetin) and that of Madagascar (Atemisia Annua, Kaempferol). In these days of Lent (2/15/2021), Christians will not be surprised to have at their disposal against Covid-19 a plant whose history deserves to be told: In her flight into the desert, pursued by the hordes of Herod's soldiers tasked with exterminating all the newborns, the Virgin Mary hid the Child in a bush and dropped a few drops of her milk on a thistle, making it recognizable by the white streaks of its leaves. On 2/18/2021, the KTO channel celebrates the anniversary of the apparition of the Virgin surrounded by 3 stars in the winter sky of Pont Main (Mayenne).

Given the exceptional nature of this antiviral, playing on three independent targets, a unique fact in medical research, we can predict an action on COVID-19, whatever the mutations. Obviously, a clinical trial remains to be carried out. The  french ARS has been informed of this discovery. Unfortunately, given the fate reserved for ivermectin, by the international authorities (WHO) and national and European agencies, who by their refusal to recommend this treatment have shamelessly revealed their corruption. On the other hand, given the harmlessness of this treatment and the possibility of obtaining SIliphos, on the internet for a few tens of euros, it may be judicious to use this treatment for prevention as self-medication, while waiting for a courageous team sets up a clinical trial
REFERENCES AbouZid SF, Ahmed HS, Moawad AS, Owis AI, Chen SN, Nachtergael A, McAlpine JB, Brent Friesen J, Pauli GF. Chemotaxonomic and biosynthetic relationships between fl avonolignans produced by Silybum marianum populations. Fitoterapia. 2017, 119: 175-84. Ahmad T, Chaudhuri R, Joshi MC, Almatroudi A, Rahmani AH and Ali SM (2020) COVID-19: The Emerging Immunopathological Determinants for Recovery or Death. Front Microbiol 11: 588409. doi: 10.3389 / fmicb.2020.588409 Biermer M. Rapid suppression of hepatitis C viremia induced by intravenous silibinin plus ribavirin. Gastroenterology. 2009, 137: 390-1. Boonnak K, Vogel L, Feldmann F, Feldmann H, Legge KL and Subbarao K Lymphopenia Associated with Highly Virulent H5N1 Virus Infection Due to Plasmacytoid Dendritic Cell − Mediated Apoptosis of T Cells J Immunol 2014, 192: 5906-12

 
C.126- LE CHARDON-MARIE COMME TRAITEMENT POTENTIEL ANTI-COVID-19
There are no translations available.

LE CHARDON-MARIE COMME TRAITEMENT ANTI-COVID-19 PDF Imprimer Envoyer


  • La grosse surprise du chef, c’est le chardon-Marie (Silybum Marianum, Milk Thistle, artichaut sauvage, ou selon la Bible: chardon du Liban).
  • La littérature internationale est abondante (plus de 3000 références sur Pubmed), on peut trouver une revue sur Kshirsagar A (2009).Il contient au moins 3 substances anti-Covid-19:: La silybine (silibinine), la quercétine et le kaempférol.

L’histoire du chardon-Marie a démarré par une incroyable démonstration de son efficacité devant les journalistes: En ingérant au préalable ce chardon, il est ensuite

possible de manger de l’Amanite Phalloïde sans en ressentir les effets ni en mourir. Cette «!mauvaise herbe!» a donc une très grande puissance protectrice en

prévention contre un poison mortel du foie (hépatite fulminante, nécessitant une greffe de foie).

Il est vendu sous une forme biodisponible (c’est-à-dire assimilable) per os (Siliphos® ) aux USA: Silybine + phosphatidylcholine. En Allemagne, la firme Madaus le commercialise comme hépato-protecteur

(silibinine, Legalon® ), mais par voie I.V., (Legalon SIL® ) en particulier contre l’hépatite C. Biermer M (2009) a guéri un cancer du foie post-hépatite C avec la

silymarine. En 1989, l'usage de silymarine à 70% a été approuvé par la Commission Européenne afin de traiter les intoxications hépatiques comme les hépatites et

cirrhoses du foie. En 2002, l'OMS a reconnu également ces usages.

Je l’avais étudié comme tel, et trouvé que son mécanisme d’action dans l’hépatite C passait par la voie Fas Ligand -Fas, parce que c’est un mimétique

moléculaire de Fas Ligand (résidus 20-SPWA P PGTVLPC-31), tout comme diOH OH,la phalloïdine de l’Amanite Phalloïde (TaLWA P CTV) et le core du virus de


l’hépatite C (110-TPgWSP-105 en rétro-inverso, et 125-TLTC-128), leur point commun étant de mimer le motif hépatotrope WSP. Chimiquement, le noyau indole

du tryptophane W et la proline P miment respectivement le benzopyrane et le phényle de la silybine: La silybine agit comme un inhibiteur compétitif de la liaison FasL-Fas.

(Tran GMK, ISHEID Toulon 2002; Tran GMK, GEMHEP 2013 (doc. joint)).

La lymphopénie du Covid-19

La voie FasL est importante à considérer car elle provoque une lymphopénie dans la forme grave mortelle de grippe pulmonaire H5N1 (Boonnak K, 2014), ce qui

présente une certaine ressemblance avec la lymphopénie observée dans le Covid-19 (Ahmad T, 2020).. Dans le lupus érythémateux disséminé, où on observe une lymphopénie, FasL est anormal, aussi bien chez la souris que chez l’être humain.La sibyline pourrait donc contrer la lymphopénie du Covid-19 et éviter les formes

graves.

De plus la voie FasL-Fas amplifie le NF-kB, qui est le chef d’orchestre de l’oragecytokinique. Là aussi, la silybine agirait par l’inhibition de NF-kB sur l’orage

 cytokinique de la 2ème phase du COVID-19..En plus de ces mécanismes bénéfiques sur la lymphopénie et l’orage cytokinique ans le Covid-19, la silybine agit aussi comme antiviral direct, par énormément de mécanismes d’action :

Le docking moléculaire (Pandit M, 2020) révèle que la silybine (silibinine) est à la fois:

1°) anti-spike S (inhibe la liaison à l’ACE2)

2°) inhibitrice de protéase Mpro et

3°) inhibitrice de RNA polymérase RdRp

ce qui ne laisse pas d’étonner, car les 3 protéines cibles fonctionnellement n’ont rien à voir entre elles. Cette triple polyvalence anti-virale fait de la silybine une trithérapie

en une seule molécule: 3 en un.

C’est totalement inédit qu’une seule molécule puisse attaquer simultanément le virus sur ses 3 points faibles, ne lui laissant presqu’aucune chance d’échapper à

l’encerclement fatal.

Elle n’est pas toxique: Le Vidal ne mentionne pratiquement rien (très rares gastralgies, diarrhées; exceptionnelles allergies), depuis 1974.

L’attaque sur le spike S, empêchant sa liaison à l’ACE2 est extrêmement intéressante, car on sait que les sujets âgés sont les cibles privilégiées du Covid-19

parce qu’ils possèdent un très grand nombre de récepteurs ACE2, contrairement auxenfants qui n’y sont pas du tout (ou exceptionnellement) sensibles car ils ne

possèdent pas ce même récepteur: En effet la richesse de ce récepteur croit proportionnellement à l’âge. C’est dire si l’inhibition du spike ACE2 est cruciale pour

vaincre le Covid-19: De Mars à Juin 2020, 96% des morts supplémentaires dus au COVID-19 en Europe sont survenus chez les patients âgés de plus de 70 ans

(Yanez ND, 2020, Eurostat).

En France, le cap des 100 000 morts est largement franchi (108 343 morts le 20.5.21, selon Santé Publique France).

L’attaque sur la protéase est elle aussi non moins cruciale, puisque, à chaque fois qu’on a utilisé comme antiviral une anti-protéase, on a arrêté l’épidémie: Les 2

exemples des épidémies du Sida et de l’hépatite C en sont la démonstration la plus convaincante. Le Docking moléculaire a été crucial dans la découverte des anti-

protéases anti-VIH-1. Dans le Covid-19, on rappellera que la colchicine, qui réduit de 44% la mortalitédu Covid-19 dans l’étude clinique canadienne de Jean-Claude

Tardif, a été trouvée rétrospectivement efficace dans les études de Docking (Serseg T, 2020). En plus, dans le cas du Sida, c’est la trithérapie qui a été déterminante, empêchant par ce tir croisé l’apparition de chimiorésistances.

La silybine possède ces 3 caractéristiques réunies: elle inhibe la liaison à l’ACE2, est une anti-protéase et, cerise sur le gâteau, est à elle toute seule une trithérapie.

Les formules voisines de la silybine (silydianine, silycristine, silybinone, silyamandine, silybemine) (AbouZid SF, 2017) n’ont pas été étudiées en Docking moléculaire. Mais comme la silybine constitue 70% des composants de la plante, les autres composants minoritaires peuvent dans un premier temps être mis en attente. Toutefois, il serait important de savoir lequel des 2 stéroisomères (A ou B) de la silybine est le plus actif sur le Covid-19.

  En plus de la Silybine, Silybum Marianum contient aussi de la Quercétine et du Kaempférol: La quercétine est anti-Covid-19. La quercétine est aussi retrouvée dans le

médicament du Laboratoire Phytokôbaz en Martinique: L’herbe à pik ou Neurolaena Lobata. Ici le mécanisme d’action est tout-à-fait original et révolutionnaire: L’inhibition

de la réplication du Covid-19 (qui est un virus à ARN) passe par le blocage de la synthèse des nucléotides. La quercétine inhibe la DHODH (DiHydroOrotate

DesHydrogenase) nécessaire à la production de l’orotate précurseur des nucléotides. En l’absence d’orotate, l’ARN du virus ne peut plus être synthétisé et il

meurt.

Le Kaempférol est anti-Covid-19. C’est un des composants de l’Artemisia Annua, utilisée avec succès par le Président Malgache Andry Rajoelina dans son île

de Madagascar (19 avril 2020).

Le chardon-Marie agit donc comme les 2 remèdes combinés, celui de la Martinique (Neurolaena Lobata, Quercétine) et celui de Madagascar (Atemisia Annua,

Kaempférol).

En ces jours de Carême (15/2/2021), les chrétiens ne seront pas étonnés d’avoir à leur disposition contre le Covid-19 une plante dont l’histoire mérite d’être contée:

Dans sa fuite dans le désert, poursuivie par les hordes de soldats d’Hérode chargés d’exterminer tous les nouveaux-nés, la Vierge-Marie cacha l’Enfant dans un buisson

et laissa tomber quelques gouttes de son lait sur un chardon, le rendant reconnaissable aux stries blanches de ses feuilles. Le 18/2/2021, la chaine KTO célèbre l’anniversaire de l’apparition de la Vierge entourée de 3 étoiles dans le ciel d’hiver de Pont Main (Mayenne).

REFERENCES

AbouZid SF, Ahmed HS, Moawad AS, Owis AI, Chen SN, Nachtergael A, McAlpine

JB, Brent Friesen J, Pauli GF.

Chemotaxonomic and biosynthetic relationships between flavonolignans produced

by Silybum marianum populations.

Fitoterapia. 2017, 119:175-84.

Ahmad T, Chaudhuri R, Joshi MC, Almatroudi A, Rahmani AH and Ali SM (2020)

COVID-19: The Emerging Immunopathological Determinants for Recovery or Death.

Front Microbiol 11:588409. doi: 10.3389/fmicb.2020.588409

Biermer M. Rapid suppression of hepatitis C viremia induced by intravenous silibinin

plus ribavirin. Gastroenterology. 2009, 137: 390-1.

Boonnak K, Vogel L, Feldmann F, Feldmann H, Legge KL and Subbarao K

Lymphopenia Associated with Highly Virulent H5N1 Virus Infection Due to

Plasmacytoid Dendritic Cell−Mediated Apoptosis of T Cells

J Immunol 2014, 192: 5906-12


 
C.124- COVID Révélateur de l'échec de la recherche française
There are no translations available.

En ma qualité de Directeur de Recherche honoraire et ayant participé pendant 40 ans à diverses commissions d'évaluation au CNRS et à l'INSERM, je tiens à republier la tribune  du Docteur Gérard Maudrux du16 mars 2021 pour Francesoir  et lui apporter mon soutien.

Vaccins et traitements : les masques tombent et vont tomber

TRIBUNE - Le vaccin Astra Zeneca bat de l’aile. Est-ce la petite goutte d’eau qui va faire déborder le vase ? C’en est une, il va y en avoir d’autres, dans les semaines et les mois à venir, et encore dans quelques années on découvrira des secrets bien gardés.

On a mis des années pour admettre que le nuage de Tchernobyl ne s’était pas arrêté à la frontière, et que le discours rassurant des autorités de l’époque était mensonger, et de plus dangereux car a empêché de prendre les précautions qu’il fallait.

L’histoire se répète car rien n’a changé dans notre pays. Cette fois, c’est la gestion, et surtout le traitement de l’épidémie de Covid-19 qui va exploser en montrant ses dessous. Christian Perronne écrivait il y a neuf mois « Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commis ? ». Oui, et il pourrait en écrire un second car il y en a eu d’autres, notamment la gestion des traitements, de la recherche à la validation.

Le vaccin Astra Zeneca n’est que la partie immergée de l’iceberg des traitements. Vous l’avez lu partout : de plus en plus d’accidents avoués, de plus en plus d’accidents cachés, mais encore hier, nos gouvernants, nos scientifiques, la presse, nous expliquaient qu’il ne fallait pas céder au complotisme. Il a fallu que le reste du monde bouge, car sans eux, nous aurions toujours le même discours, les mêmes mensonges. On tente encore de nous rassurer, l’OMS, l’Europe vont nous rassurer et dire que nous avions raison. Ce discours montre que nos autorités sont incapables de voir ce qui se passe sur le terrain, d’en tirer des conclusions, et d’agir. Ils s’en remettent aux autres pour observer, pour décider. Que va-t-il sortir de ces décisions Européennes ? Un discours rassurant, mais croyez-vous que les pays qui ont décidé d’arrêter, en leur âme et conscience, sans attendre les autres, vont se déjuger ? Face à cette situation, même si on redonne l’autorisation, croyez-vous que les gens vont accepter de l’Astra ?

Le problème Astra révèle nombre de problèmes, et vous verrez que cela va suivre avec les autres traitements qui ont été bloqués systématiquement. Pour l’Ivermectine, vous apprendrez bientôt bien pire. Nous allons apprendre aussi que les antibiotiques, ça marche, et vous saurez un jour pourquoi et qui a bloqué tout cela depuis le début. D’autres masques vont tomber progressivement. La vérité finit toujours par sortir un jour.

Astra, après le Remdesivir, le Bambalaba, le refus de certaines RTU, c’est la faillite de nos autorités sanitaires. Chargées de vérifier, de certifier, elles ont montré qu’elles en étaient incapables. Le Boeing 737 Max est un autre exemple de ces « certifications ». Le dossier, la certification ont été faits par Boeing, les autorités « compétentes » n’ont fait que valider. Il a fallu des morts pour voir comment cela se passait en réalité. Cela se passe exactement de la même manière avec les médicaments. Le labo fait le dossier, ceux qui sont chargés de vérifier ne vérifient pas (d’ailleurs on a vu que maintenant on commandait avant de savoir si cela allait être certifié). Pourquoi les effets secondaires actuels, ne sont pas apparus dans les études ayant servi à la certification ? Tout est là. On n’est même pas sûrs de l’immunité, de sa durée, mais on valide quand même, sans précautions. Et quand il n’y a pas de labo pour monter leur propre dossier de validation, comme pour l’Ivermectine, les autorités ont des problèmes, on dirait qu’elles ne savent pas faire.

Nos autorités, pour traiter le Covid ne font rien, elles s’en remettent à l’industrie pharmaceutique. « Des chercheurs qui cherchent, on ne trouve. Des chercheurs qui trouvent, on en cherche », disait le Général de Gaulle. 50 ans après, on cherche toujours.

Pour revenir à l’Ivermectine, et à d’autres traitements qui pourraient rendre service, tombés dans le domaine public, avez-vous remarqué d’où viennent les études ? Inde, Bengladesh, Iran, Irak, Colombie, Pérou, république Dominicaine, Argentine, etc. Rien, strictement rien chez nous. On n’a plus de chercheurs ? Regardez pour les vaccins, 200 dans le monde, combien au pays de Pasteur ? Nous sommes tombés très très bas. Non seulement nous sommes très bas, mais nous refusons de voir ce qui se passe dans ces pays qui ne méritent pas notre attention. Ce sont des « petits », nous nous sommes un grand pays, qui a marqué le monde avec sa médecine, nous n’avons de leçons à recevoir de personne.

Pourtant il y a des médecins qui cherchent à traiter, qui demandent à tester ici et là, mais on leur refuse, c’est pour cela que nous ne publions rien. Et quand il y en a un qui passe outre, qui a les moyens de le faire, tout le monde lui tombe dessus et le traite de charlatan. Alors où est-ce que cela s’arrête ? Connaissez-vous l’Inserm ? Le comité REACTing ? C’est là que passent une bonne partie des bonnes volontés qui se font casser.

C’est là qu’est passé un de nos confrères, qui après avoir constaté les bienfaits d’une cure d’Ivermectine en Ehpad (avant la même histoire en Seine et Marne), a voulu reproduire la chose dans d’autres Ehpads pour vérifier, prouver. Il avait les fonds, un groupe prêt à suivre, réponse : non, on ne vérifie pas, on ne cherche pas de traitement. Pire ces gens ne savaient pas ce qui se passait dans les Ehpads, ne voulaient pas le croire, ne connaissaient pas l’Ivermectine, l’Onchocercose. Tout ce qu’ils ont sorti comme excuse, c’est l ‘étude frauduleuse de 1997 (patients badigeonnés avec 2 insecticides mortels en sus de l’Ivermectine). « Vous allez tuer les patients », avec un médicament qu’ils ne savaient pas avoir le meilleur rapport bénéfice/risque au monde. Ils ont refusé de regarder.

Franz-Olivier-Giesbert dans Le Point du 11 mars, racontait que du temps des communistes, il racontait à un cadre du PC avoir vu des prostituées en bas de son hôtel. « C’est impossible, lui a-t-on répondu, il n’y a pas de prostituées en Union Soviétique ». « Si, si, j’ai bien vu, venez vérifier avec moi ». « C’est inutile, le communisme a mis fin à la prostitution ». Pas besoin d’aller voir, c’est comme ça. Eh bien il en est de même avec l’Ivermectine. Allez voir Mme Castigliola de l’Inserm, membre du comité REACTing, que l’on voit partout, qui écrit partout contre l’Ivermectine. Pas la peine de faire des essais pour savoir si cela marche, parce que cela ne marche pas, point. Voilà pourquoi on n’essaie pas de trouver un traitement pour le Covid.

Et ces gens-là, pendant qu’on rame sur le terrain avec les patients, s’auto-congratulent, se distribuent des médailles, comme pour les 7 d’or. Les Grands prix de l’Inserm 2020 ont récompensé ceux qui ont œuvré pour le traitement de l’épidémie du Covid. De Gaulle aurait bien aimé savoir ce qu’ils ont trouvé pour justifier ces prix.

Voici les Lauréats des prix 2020 décernés en décembre :

  • Grand Prix, Dominique Costagliola, qui « a mis son expertise de la recherche anti-VIH au service de la lutte anti-Covid dans le cadre de REACTing ».
  • Prix recherche, Florence Ader, « qui a piloté Discovery » (avec succès, on attend toujours le résultat). « Si à ce jour, les premiers traitements proposés n’ont pas fait preuve d’efficacité, le formidable réseau de recherche clinique créé à cette occasion est opérationnel pour permettre d’essayer de nouveaux traitements candidats contre la covid-19. » (Sic)
  • France Mentré, « responsable méthodologie de Discovery ». Méthode, on l’a vu, efficace.
  • Prix OPECST-INSERM, Yazdan Yazdanpanah. Tête pensant de REACTting avec La Castafiore.
  • Prix innovation, Frédérique Lesaulnier. Déléguée à la protection des données.
  • Hélène Espérou. Chargée des projets de recherches cliniques.
  • Jean Christophe Hébert, montages juridiques des projets de recherche.

Voilà pour la brochette de chercheurs récompensés pour leur « excellence scientifique au service de la lutte contre la pandémie de Covid-19 », n’est pas moi qui le dit, c’est l’Inserm, c’est le titre du communiqué. Moi en matière d’excellence, je n’ai pas vu de traitement sortir, et n’ai vu que des blocages et des échecs. J’ai dû rater quelque chose. Il fut un temps où l’on récompensait la réussite et les résultats, maintenant on récompense ceux qui bloquent, cachent et échouent.

Pourquoi ont-ils échoué ?

Tout comme les soviets niaient les prostituées en refusant de regarder dans la rue, nos « excellents scientifiques » nient l’existence de traitements car ils refusent de regarder. Les pays étrangers refusent Astra après avoir vu ce qui se passait sur le terrain, nous avons continué à le saluer parce que notre « élite » refuse de regarder ce qui se passe sur le terrain. Et si leurs décisions ne sont guidées que par ce qui se passe chez nos voisins, à l’OMS ou à l’Agence Européenne du médicament, à quoi servent toutes nos agences, comités et fonctionnaires ?

Avec un Président qui depuis 2 mois ne peut plus voir ces « conseils scientifiques » (j’en ai deux preuves matérielles), ne supporte plus son ministre de la Santé, a dû prendre la main sur Astra ; avec un Ministère qui asphyxié par le nombre de (hauts) fonctionnaires énarques est obligé d’avoir recours systématiquement à des agences étrangères pour des expertises (on paye des gens pour faire le boulot, et on le fait faire à d’autres, cf les 28 études commandées) ; avec des agences qui ne savent que suivre les avis des agences étrangères et des gros labos ; avec nos nombreuses institutions de chercheurs qui ne cherchent pas et refusent que d’autres cherchent, chez nous, on n’a pas de prostituées (des labos), mais le bordel.

Maintenant, vous me direz que ce n’est pas vrai, il n’y a plus de bordel depuis la loi Marthe Richard du 13 avril 1946, je vous répondrais :

« si, si, regardez par la fenêtre et vous verrez, encore faut-il que vous regardiez. »

 
C.124- CROI 2021 Quelques petites avancées
There are no translations available.

 Cette conférence sur les rétrovirus et les maladies opportunistes s'est dérouléé de manière virtuelle entre le 10 et 12 Mars 2021. Positifs n'y a pas participé et fournit les informations transmises par aidsmap.com .Parmi les résultats les plus marquants' il faut noter une nouvelle classe d'antiviraux: inhibiteur de la capside du VIH'(lénacapavir) qui pourra être utilisé pour des virus multirésistants et  deux tentatives de vaccins anti HIV.  Il faut rappeler qu'il existe déjà un  vaccin Tat Oyi éfficace  de la société Biosantech qui à été bloqué  depuis 4 ans après la phase2, en dépit des décisions de justice par  l'experimentateur Erwann Loret par cupidité et malhonnêteté criminelle

 

Dr Beatriz Mothe (en bas à gauche) présente à la CROI 2021.

Un vaccin thérapeutique se montre prometteur pour contrôler le VIH hors traitement

Un vaccin thérapeutique a permis à certaines personnes séropositives d'interrompre leur traitement pendant au moins 22 semaines et de maintenir une charge virale très faible, a déclaré le Dr Beatriz Mothe, de l'Institut de recherche sur le sida IrsiCaixa, à Badalona, en Espagne, lors du Congrès virtuel sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI 2021).

Le vaccin thérapeutique HTI a été conçu grâce aux études sur les «contrôleurs d’élite» (les personnes qui contrôlent le VIH pendant de longues périodes sans avoir besoin de traitement). Ces études ont identifié les réponses immunitaires des cellules TCD4 et TCD8 correspondants aux régions spécifiques du VIH qui sont associées au contrôle viral. Le vaccin est conçu pour stimuler des réponses similaires.

Le Dr. Mothe a présenté les résultats de l'essai d'innocuité de phase I/IIa AELIX-002 du vaccin chez les personnes séropositives. Les participants avaient commencé un traitement antirétroviral moins de six mois après l'acquisition du VIH et présentaient une charge virale indétectable depuis au moins un an et un taux de CD4 supérieur à 400 depuis au moins six mois.

Dans la première phase de l'étude, les 45 participants ont été randomisés pour soit recevoir huit doses de vaccin sur une période de 18 mois, soit des placebos. Certaines doses délivraient l’immunogène des cellules T HIVACAT (HTI) avec un vecteur ADN, un vecteur MVA ou un vecteur à adénovirus modifié de chimpanzé.

Dans la deuxième phase, les participants ont été invités à interrompre leur traitement pendant 24 semaines pour évaluer l'impact de la vaccination sur le contrôle viral et 41 personnes l’ont fait. La charge virale et le nombre de cellules CD4 ont été surveillés toutes les semaines. Si la charge virale dépassait 100 000 copies/ml à un moment donné ou dépassait 10 000 copies/ml pendant plus de 8 semaines, ou si le nombre de cellules CD4 tombait en dessous de 350 cellules deux fois de suite, le traitement était repris immédiatement.

La charge virale a rebondi chez tous les participants, généralement dans les deux ou trois semaines suivant l'arrêt du traitement, mais elle n'a pas atteint les niveaux antérieurs au traitement chez la majorité des participants. Huit participants ont pu arrêter le traitement jusqu'à la 22ème semaine. Cinq personnes vaccinées et une personne qui avait pris un placebo ont maintenu une charge virale inférieure à 2000 copies/ml pendant toute la durée de l'interruption du traitement.

Les implications pour la santé d'un contrôle viral prolongé à un niveau faible mais détectable ne sont pas claires, et l'objectif ultime des études de guérison fonctionnelle est de maintenir le taux de VIH en dessous de la limite de détection sans traitement. Toutefois, les résultats de l'étude ont été salués par le professeur Adeeba Kamarulzaman, président de la Société internationale du sida, comme "la première démonstration que chez les personnes séropositives la stimulation des cellules T spécifiques du VIH peut contribuer aux stratégies de guérison".

Une "guérison fonctionnelle" - la suppression indéfinie du VIH sans traitement antirétroviral - nécessitera probablement une approche combinée, par exemple en associant ce vaccin à d'autres agents. Une étude associant ce régime de vaccination au vésatolimod, l'agoniste TLR-7, est en cours.

 

Dr Ming Lee (à droite) présente à la CROI 2021.

Des conditions de santé sous-jacentes sont à l’origine d’un risque accru d’hospitalisation liée au COVID 19

Des taux d'hospitalisation plus élevés ou de plus mauvais résultats après l’admission pour COVID-19 chez les personnes séropositives s'expliquent en partie par les problèmes de santé sous-jacents, en particulier les maladies cardiaques et rénales, ont révélé deux études du Royaume-Uni et des États-Unis présentées à la CROI 2021.

Les recherches menées au Royaume-Uni ont révélé que le risque plus élevé de COVID-19 chez les personnes séropositives était entièrement attribuable aux problèmes de santé sous-jacents et à une plus grande fragilité physique. En revanche, l'étude américaine a révélé une augmentation faible mais statistiquement significative du risque d'hospitalisation, même après avoir tenu compte de certaines conditions sous-jacentes. Des différences de méthodologie pourraient expliquer ces conclusions divergentes.

L'étude britannique s'est portée sur les personnes séropositives admises avec le COVID-19 dans l'un des six hôpitaux de Londres, Leicester et Manchester et les a comparées avec des personnes séronégatives par hôpital, âge, sexe, date de diagnostic du COVID-19 et indice de privation.

Les personnes séropositives étaient significativement plus susceptibles d'être noires ou d’origines ethniques et avaient un score médian de fragilité clinique plus élevé. Plusieurs comorbidités fortement associées à une moins bonne évolution du COVID-19 étaient significativement plus fréquentes chez les personnes séropositives, notamment les insuffisances rénales terminales, les insuffisances rénales chroniques et les cirrhoses du foie.

Après leur admission à l'hôpital, les personnes séropositives étaient  43 % moins susceptibles de connaitre une amélioration d'au moins deux points sur l'échelle de gravité du COVID, mais elles ne présentaient pas de risques plus élevés de décès dans les 28 jours suivant le diagnostic. Toutefois, dans une analyse multivariée ajustée pour tenir compte des facteurs de confusion, notamment l'indice de masse corporelle, la fragilité clinique, l'origine ethnique, l'hypertension, le diabète et l'insuffisance rénale chronique, le statut sérologique a cessé d'être un facteur de risque d'absence d'amélioration.

L'étude américaine s'est penchée sur les risques de maladie grave du COVID-19 chez les personnes séropositives et les personnes ayant reçu une greffe d'organe solide dans 39 hôpitaux des États-Unis.

Le taux d'hospitalisation était plus élevé chez les personnes séropositives (48,5 %), les personnes greffées (63,8 %) et les greffés séropositifs (70,3 %) par rapport aux personnes séronégatives (30,6 %).

En présentant les résultats, le Dr Jing Sun de l'Université Johns Hopkins de Baltimore a déclaré que, malgré la réduction de l'effet VIH sur le risque d'hospitalisation une fois l'analyse ajustée pour tenir compte de la présence de comorbidités, ils ont tout de même constaté que les personnes séropositives aux États-Unis couraient un risque accru de COVID-19 grave.

 

 

Jeff Berko (à droite) présente à la CROI 2021.

La dépression et l’anxiété peuvent s’améliorer grâce à des cours audio de mindfulness

Les cours audio de pleine conscience (aussi appelé mindfulness) en ligne peuvent améliorer considérablement la dépression, l'anxiété et la solitude chez les personnes âgées séropositives, selon une étude randomisée présentée à la CROI 2021. C'est peut-être la première fois que cet effet est démontré par la recherche.

La pratique de la mindfulness implique des méthodes de respiration, d’imagerie guidée et d'autres pratiques visant à détendre le corps et l'esprit et à réduire le stress.

Les chercheurs ont travaillé à partir d’une étude de cohorte observationnelle existante de personnes séropositives aux États-Unis âgées de plus de 50 ans. Dans cette cohorte, 21 % ont déclaré souffrir de dépression, 21 % d'anxiété et 51 % de solitude.

L'essai contrôlé randomisé a été mené entre mai et août 2020, pendant l'épidémie de COVID-19. L’étude a comparé les cours audio de mindfulness en ligne à l’absence d’intervention. Les personnes du groupe d'intervention ont eu 25 jours pour écouter 14 leçons de mindfulness.

Les taux de dépression se sont améliorés de 2,6 points dans le groupe d'intervention, par rapport à celui de non-intervention, et les taux d'anxiété ont diminué de 1,5 point. Les résultats relatifs à la solitude étaient mitigés. Concernant la solitude au cours des deux semaines précédentes, aucun changement notable n'a été observé entre les deux groupes d'étude. Cependant, le signalement de la solitude dans les journaux de bord tenus au quotidien a notablement diminué.

 

 

Professeur Sorana Segal-Maurer (à droite) présente à la CROI 2021.

Un inhibiteur de la capside du VIH offre une nouvelle option aux personnes atteintes d'un VIH très pharmacorésistant

Selon une étude présentée à la CROI 2021, le lénacapavir, un inhibiteur expérimental de la capside du VIH, a entraîné une réduction rapide de la charge virale chez des personnes très habituées aux traitements et présentant un virus multirésistant.

Le professeur Sorana Segal-Maurer de l’hôpital presbytérien de New York Queens a présenté les résultats de l'essai CAPELLA de phase II / III, qui a recruté 72 personnes dont le VIH était résistant à au moins deux médicaments appartenant à trois des quatre principales classes d'antirétroviraux.

Les 36 premiers participants ont été répartis au hasard pour ajouter à leur traitement défaillant soit du lénacapavir oral, soit un placebo, et ce pendant 14 jours. Ensuite, tous se sont vus proposer un traitement ouvert au lénacapavir, administré par injection sous-cutanée tous les six mois, ainsi qu'un traitement de fond optimisé, sélectionné à la suite d'un test de résistance. 36 autres personnes dans une cohorte non randomisée ont reçu du lénacapavir et un traitement de fond optimisé dès le départ.

À la fin de la période initiale de 14 jours, 88 % des participants du groupe lénacapavir ont enregistré une baisse d'au moins 0,5 log10 de la charge virale, contre seulement 17 % des participants du groupe placebo. À la fin février, 26 participants avaient reçu une injection et avaient été suivis pendant 26 semaines, et 19 d'entre eux (73 %) avaient atteint la suppression virale (moins de 50 copies/ml).

Sur la base de ces résultats, les chercheurs ont conclu que le lénacapavir pourrait devenir un agent important pour les personnes ayant reçu un traitement lourd et présentant un VIH multirésistant.  Le lénacapavir a également le potentiel d'être un élément des traitements antirétroviraux à action prolongée pris tous les six mois ou d'être utilisé seul en PrEP à action prolongée.

 

 

Le Professeur Raphael Landovitz présente à la CROI 2021.

La PrEP injectable peut rendre les infections difficiles à détecter

L'étude HPTN 083 sur la PrEP a comparé l'efficacité d'une injection bimensuelle de cabotégravir à celle de pilules de fumarate de ténofovir disoproxil et d'emtricitabine (TDF/FTC) prises tous les jours par voie orale et a publié ses principaux résultats en 2020. Une nouvelle analyse des résultats, présentée à la CROI 2021, a confirmé qu'il y avait 68 % moins d’infections au VIH chez les personnes ayant reçu les injections par rapport aux pilules.

L'étude a examiné en détail les 12 infections par le VIH chez les personnes ayant reçu des injections de cabotégravir. La majorité des infections par le VIH peuvent être expliquées comme étant des infections survenues juste avant le début de la PrEP, des infections survenues juste après le début de la PrEP lorsque le taux de médicament était faible, ou des infections survenues après l'arrêt de la PrEP.

Cependant, certains des cas de référence n'ont pas été identifiés avant plusieurs semaines ou mois. Cela suggère que le cabotégravir injecté pourrait retarder la détection du VIH. En effet, les tests d’anticorps ont indiqué des résultats négatifs, mais les tests rétrospectifs d’échantillons sanguins ont identifié que l'infection s'était produite plus tôt. Une approche future possible consisterait à faire des tests de charge virale réguliers ainsi que des tests d'anticorps pour dépister les infections au VIH.

En outre, quatre personnes ont été testées positives au VIH alors qu'elles recevaient des injections de cabotégravir et présentaient une concentration de médicament qui auraient dû les protéger.

Le professeur Raphael Landovitz a déclaré que la survenue d'une infection malgré des concentrations de cabotégravir conformes était préoccupante et que des recherches supplémentaires étaient en cours, par exemple sur les variations dans la concentration du cabotégravir d'un organisme à l'autre.

En revanche, aucune résistance n'est apparue chez les personnes ayant reçu un taux faible de cabotégravir dans la phase de post-injection, pas même dans le cas d'un participant qui avait développé une charge virale très élevée.

 

 

 

 

 

 

 

L’approche de l'ARN messager (ARNm) déjà utilisée pour les vaccins très efficaces Pfizer-BioNTech et Moderna COVID-19 s’est également montrée prometteuse pour la protection contre le VIH, selon une présentation du Congrès virtuel sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI 2021).

Le Dr Peng Zhang, de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), et ses collègues, en collaboration avec Moderna, utilisent des nanoparticules lipidiques, ou petites particules de graisse, pour délivrer des petits brins d’acide nucléique qui communiquent les instructions pour la fabrication de protéines. L’ARNm est présent dans toutes les cellules et joue un rôle de messager, d'où son nom.

Dans cette étude, sept singes macaques ont reçu l'un des deux régimes de vaccination, tandis que sept autres ont reçu des injections de placebo.

Tout d’abord, trois injections d'un vaccin contenant de l'ARNm pour le VIH de sous-type B, le type prédominant en Europe et en Amérique du Nord, ont été administrés à tous les singes sur 20 semaines. Ensuite quatre injections d'un deuxième vaccin mélangeant l'ARNm des sous-types A et C du VIH, prédominants en Afrique orientale et australe, ont été administrés sur 20 semaines. Trois singes ont également reçu des boosters de protéines.

Les singes ont ensuite été exposés par voie rectale à un virus hybride VIH / SIV chaque semaine pendant 13 semaines.

Les sept animaux du groupe placebo ont été infectés en un mois et demi environ, à partir de la deuxième exposition. Tous les singes vaccinés sont restés indemnes de VIH simien pendant environ le premier mois, mais ont ensuite commencé à être infectés; cependant, quelques-uns n’étaient toujours pas infectés à deux mois, après toutes les expositions.

Il y a eu une réduction de 85% du risque d'infection global: une réduction de 76% pour les singes qui avaient reçu les vaccins ARNm seuls, et une réduction de 88% pour ceux qui avaient reçu les vaccins ARNm plus les rappels.

Le dolutégravir est supérieur au traitement de norme chez les enfants et les adolescents

 

 

Dr Anna Turkova (à gauche) présente à la CROI 2021.

Une grande étude internationale présentée à la CROI 2021 a conclu que le traitement à base de dolutégravir était supérieur au traitement à base d'efavirenz ou d'inhibiteur de protéase potentialisé chez les enfants et les adolescents, que ce soit en traitement de première ou de deuxième intention.

Le dolutégravir, un inhibiteur de l'intégrase du VIH, est recommandé comme élément central du traitement antirétroviral pour tous les adultes dans les pays à ressources limitées. La simplification du traitement pour les enfants et les adolescents s'est avérée plus difficile puisqu’il faut doser les médicaments pour les enfants en fonction de leur poids.  La pharmacorésistance chez les enfants en échec de traitement de première intention rend également les choses plus difficiles.

En 2019, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé le dolutégravir pour les enfants, mais la recommandation était qualifiée de "conditionnelle", ce qui signifie que des données supplémentaires sont nécessaires.

L'étude ODYSSEY a comparé le traitement à base de dolutégravir à la norme de soins pour le traitement de première et de deuxième intention chez les enfants et les adolescents pesant 14 kg et plus. Elle a recruté 311 participants dans le groupe de première intention et 396 dans le groupe de deuxième intention.

Les participants ont été recrutés en Afrique du Sud (20%), en Thaïlande (9%), en Ouganda (47%) et au Zimbabwe (21%), le reste a été recruté en Allemagne, au Portugal, en Espagne et au Royaume-Uni.

Le traitement, parmi les participants randomisés pour recevoir le traitement de norme, était en général à base d'efavirenz pour le traitement de première intention et à base d'inhibiteur de protéase pour le traitement de deuxième intention.

Après 96 semaines de suivi, 14% des participants du groupe dolutégravir et 22% du groupe de soins de norme ont connu un échec clinique ou virologique, une différence statistiquement significative de -8%. Cet effet a été observé pour le traitement de première et celui de deuxième intention.

Il n'y a pas eu de différence dans le nombre de décès ou d'événements cliniques graves entre les deux groupes d'étude, ni dans le nombre d'effets secondaires graves, mais les enfants du groupe de soins de norme étaient plus susceptibles de devoir modifier leur traitement en raison d'un effet secondaire.

«Ces résultats appuient les lignes directrices de l'OMS et la transition vers des traitements à base de dolutégravir pour les enfants sous traitement antirétroviral de première ou de deuxième intention, permettant ainsi une harmonisation avec les programmes de traitement pour adultes», ont conclu les chercheurs de l'étude.

Les personnes atteintes du VIH et de l'hépatite B devraient faire l'objet d'une surveillance continue pour le cancer du foie

 

 

Dr H Nina Kim (au centre à droite) présente à la CROI 2021.

Les personnes séropositives coinfectées d’une hépatite B restent à risque de carcinome hépatocellulaire (CHC) malgré le traitement antiviral et devraient faire l'objet d'un suivi régulier pour le cancer du foie, selon une recherche présentée à la CROI 2021.

Les chercheurs ont examiné les données de 8354 personnes coinfectées au VIH et à l‘hépatite B, couvrant la période de 1995 à 2016. 115 cas de CHC ont été recensés dans ce groupe pendant cette période. Un âge avancé, une forte consommation d'alcool et une hépatite C chronique faisaient partie des facteurs indépendants de risque de cancer du foie. Cependant, il n'y avait pas d'association notable avec la charge virale du VIH ou le pourcentage de CD4.

Les données relatives à la charge virale de l'hépatite B étaient disponibles pour environ deux tiers des participants à l'étude. Dans ce sous-groupe, le fait d'avoir un ADN de l'hépatite B supérieur à 200 UI/ml a presque triplé les risques de CHC, et le risque était plus de quatre fois plus grand pour ceux dont le taux dépassait 20 000 UI/ml.

Si l'on examine l'effet du traitement de l'hépatite B, la suppression soutenue du virus de l'hépatite B pendant un an ou plus a été associée à une réduction de 58 % du risque de CHC, tandis que la suppression pendant quatre ans ou plus a réduit le risque de 66 %.

Présentant les résultats, le Dr H Nina Kim de l'Université de Washington à Seattle a déclaré: "Nos résultats soulignent que le traitement antiviral réduit mais n'élimine pas le risque de CHC."

Le dépistage ciblé améliore le diagnostic de la tuberculose chez les personnes séropositives en Afrique du Sud

 

 

Dr Limakatso Lebina (en bas) présente à la CROI 2021.

Dépister toutes les personnes séropositives et autres personnes à haut risque pour la tuberculose active a augmenté les taux de diagnostic de 17 % par rapport au dépistage des personnes présentant des symptômes potentiels de tuberculose tels que la toux et la fièvre, a indiqué le Dr Limakatso Lebina de l'Université de Witwatersrand lors du congrès de la CROI 2021.

Environ 150 000 cas de tuberculose passent inaperçus chaque année en Afrique du Sud et des individus meurent ou transmettent la tuberculose à d'autres avant que leur maladie ne soit détectée.

Dans la plupart des pays à ressources limitées, le dépistage de la tuberculose consiste à poser des questions aux individus sur leurs symptômes, ce qui ne permet pas d'identifier les cas de tuberculose chez les personnes sous traitement antirétroviral et très peu chez les femmes enceintes séropositives, où 70 % des cas de tuberculose ne sont pas détectés.

Au cours des 15 dernières années, les bailleurs de fonds internationaux et les gouvernements d'Afrique australe ont investi dans la plateforme de diagnostic GeneXpert. L'utilisation en priorité de cette plateforme pour le dépistage de la tuberculose et le dépistage de toutes les personnes présentant un risque élevé de tuberculose a le potentiel d’améliorer les taux de diagnostic.

L'étude TUTT (Targeted Universal Testing for TB) a été conçue pour déterminer si le dépistage de toutes les personnes séropositives, de toutes les personnes ayant des antécédents de tuberculose au cours des deux années précédentes et de toutes les personnes ayant déclaré avoir été en contact étroit avec une personne tuberculeuse au cours de l'année écoulée permettrait d'augmenter les diagnostics de tuberculose de 25 %.

L'étude a été menée dans des cliniques de soins de santé primaires des provinces de KwaZulu-Natal, Western Cape et Gauteng. Soixante cliniques ont été randomisées pour effectuer un dépistage ciblé ou pour faire le dépistage uniquement auprès des personnes présentant des symptômes. L'étude a permis de recruter 32 000 patients dans les cliniques d'intervention, dont 71 % séropositifs.

Les chercheurs ont calculé que les diagnostics de tuberculose ont augmenté de 17 % dans les cliniques d'intervention par rapport aux cliniques de soins de norme au cours de la période de suivi.

Les réseaux sociaux sont essentiels à l'adoption de la PrEP dans les zones rurales du Kenya et de l'Ouganda

 

 

Dr Catherine Koss (en bas à gauche) présente à la CROI 2021.

Les hommes et les femmes très exposés au VIH étaient 57% plus susceptibles de commencer la PrEP (traitement régulier pour prévenir l'infection par le VIH) s'ils avaient un contact dans leur réseau social qui l’avait déjà pris, a déclaré le Dr Catherine Koss de l'Université de Californie, San Francisco, lors de la CROI 2021.

Le projet SEARCH (Sustainable East Africa Research in Community Health) offre des soins de santé intensifiés, un dépistage universel du VIH, un plus grand accès à la PrEP et un traitement antirétroviral aux communautés rurales du Kenya et de l'Ouganda.

Si on pense que le soutien des pairs peut être un facteur crucial dans l'adoption de la PrEP, on sait peu de choses sur l'influence des réseaux sociaux sur l'adoption de la PrEP en Afrique subsaharienne, a déclaré le Dr. Koss

Dans le cadre des activités de dépistage du VIH au niveau de la population, les membres de la communauté ont été invités à nommer des contacts sociaux dans l'un de ces cinq domaines: santé, argent, soutien émotionnel, nourriture ou temps libre. Si les chercheurs ont enregistré les réseaux sociaux de 220 332 personnes, leur analyse s'est concentrée sur 8898 personnes évaluées comme présentant des risques élevés de VIH et ayant au moins un contact dans le réseau. Ce groupe avait une moyenne de 2,15 connexions par personne

Parmi cet échantillon, 14% avaient un contact dans leur réseau qui avait commencé la PrEP l'année précédente et 18% étaient en contact avec une personne séropositive. Au total, 29% des 8898 participants ont commencé la PrEP eux-mêmes.

Les chercheurs ont cherché à savoir si le fait d'avoir un contact sous PrEP dans leur réseau permettait de prédire l'adoption de la PrEP chez un individu. Après avoir pris en compte les facteurs tels que l'âge, le sexe, le fait d'avoir un partenaire séropositif, la polygamie et la mobilité (facteurs prédictifs connus de l'adoption de la PrEP), la réponse a été positive - ils étaient 57 % plus susceptibles de commencer à prendre la PrEP eux-mêmes.

"Les interventions qui s'appuient sur les réseaux sociaux existants et renforcent les liens sociaux avec d'autres utilisateurs de PrEP sont des approches prometteuses pour favoriser l'adoption de la PrEP", a conclu Dr. Koss.

 

L’approche de l'ARN messager (ARNm) déjà utilisée pour les vaccins très efficaces Pfizer-BioNTech et Moderna COVID-19 s’est également montrée prometteuse pour la protection contre le VIH, selon une présentation du Congrès virtuel sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI 2021).

Le Dr Peng Zhang, de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), et ses collègues, en collaboration avec Moderna, utilisent des nanoparticules lipidiques, ou petites particules de graisse, pour délivrer des petits brins d’acide nucléique qui communiquent les instructions pour la fabrication de protéines. L’ARNm est présent dans toutes les cellules et joue un rôle de messager, d'où son nom.

Dans cette étude, sept singes macaques ont reçu l'un des deux régimes de vaccination, tandis que sept autres ont reçu des injections de placebo.

Tout d’abord, trois injections d'un vaccin contenant de l'ARNm pour le VIH de sous-type B, le type prédominant en Europe et en Amérique du Nord, ont été administrés à tous les singes sur 20 semaines. Ensuite quatre injections d'un deuxième vaccin mélangeant l'ARNm des sous-types A et C du VIH, prédominants en Afrique orientale et australe, ont été administrés sur 20 semaines. Trois singes ont également reçu des boosters de protéines.

Les singes ont ensuite été exposés par voie rectale à un virus hybride VIH / SIV chaque semaine pendant 13 semaines.

Les sept animaux du groupe placebo ont été infectés en un mois et demi environ, à partir de la deuxième exposition. Tous les singes vaccinés sont restés indemnes de VIH simien pendant environ le premier mois, mais ont ensuite commencé à être infectés; cependant, quelques-uns n’étaient toujours pas infectés à deux mois, après toutes les expositions.

Il y a eu une réduction de 85% du risque d'infection global: une réduction de 76% pour les singes qui avaient reçu les vaccins ARNm seuls, et une réduction de 88% pour ceux qui avaient reçu les vaccins ARNm plus les rappels.

 

 

 

 
C.123 bis-MIRACLE TREATMENT AGAINST COVID19 MAKING VACCINATION OBSOLETE
There are no translations available.

 Written by Xvier Bazin Tuesday, December 22 2020 17:06
Xavier Bazin from the journal "Santé Corps Esprit" alerted me to an unexpected treatment effective in the prevention and treatment of COVID with success rates of up to 100% in some trials. It is amazing that our experts are so illiterate not to have heard of the very many published works. It signals corruption at the highest level to indebt us to the benefit of vaccine manufacturers and kill our economy. Indeed this miracle product, invermectin, used for the treatment of scabies, costs € 8 a box, is still available over the counter and makes the vaccine useless. Here is the article by Xavier Bazin:
Covid: all scientific evidence shows the effectiveness of ivermectin
December 16, 2020 59
Comments
Dear friend of Health, The scene took place in front of the United States Senate on December 8. A great resuscitator, Dr Pierre Kory, has passionately explained that there is a "miraculous" treatment for Covid-19. After giving all the scientific evidence, he apologized for the astonishing silence on this effective drug. "I don't know how long I'm going to last, knowing that there will be unnecessary deaths from now on, when there is a solution immediately available" [1]. And indeed, as you will see, the solution of which he speaks is neither more nor less "miraculous". But before we talk to you about it, we must remember one thing. Even before this drug, the epidemic could be contained with the protocol I have often told you about: For prevention, for everyone, every day: 4,000 IU of vitamin D, 300 mg of magnesium, and a multivitamin supplement containing 500 mg of vitamin C, 500 mg of quercetin, 20 mg of zinc, 50 μg of selenium and 50 μg of vitamin K2-MK7; For treatment, from the first symptoms: the same nutrients as for prevention but with higher dosages [2], as well as Professor Raoult's protocol for vulnerable people (hydroxychloroquine + azithromycin); In the event of hospitalization: continue with previous nutrients and treatments, but now take a special form of vitamin D3 which works immediately (calcifediol) [3], as well as 3 to 10 mg of melatonin at bedtime (a potentially valuable anti-inflammatory against cytokine storm, and which promotes restful sleep in a difficult context in the hospital); In case of intensive care: in addition to usual care, the Marik protocol based on a corticosteroid (methylprednisolone) and infusions of vitamin B1 and vitamin C [4]. Instead, here's what we still do and recommend in the Western world today: In prevention: nothing; In early treatment: paracetamol in self-medication; In hospital treatment / intensive care: paracetamol, corticosteroids and oxygenation (and, as the case may be, other conventional drugs such as antibiotics, anticoagulants, etc.). And it is quite simply criminal. With the "right" protocol (a sort of "mix" between that of the IHU in Marseille and that of a group of American doctors [5]), it was clear that the epidemic could be brought under control overall, with very little dead. (Without even speaking here of promising but little scientifically tested remedies, such as a nasal spray of propolis, simple herbal teas of thyme and rosemary, certain essential oils (ravintsara, cajeput, noble laurel) or even powerful plants such as Artemisia Annua and Lake Baikal Skullcap.) There are immediate and effective solutions, and we don't want to talk about them. But the problem was, it was difficult to prove it definitively. Certainly, there are dozens of scientific studies, in particular on the Raoult protocol and vitamin D, which clearly show that the risk-benefit of these treatments is extremely favorable. But people of bad faith could still quibble over such and such a study, and continue to demand the God Vaccine as the only solution to the crisis. This is no longer the case. Because there is now a drug, ivermectin, which has been shown to be effective beyond any scientific doubt, even for people of bad faith! If you add this medicine to the protocol described above, you have no more epidemics overnight. Because this drug works: In prevention: it works better than the best vaccines; In early treatment: it has a demonstrated anti-viral effect; In hospital treatment: it even has an anti-inflammatory effect! I know this may sound unbelievable. But all the evidence is there. The beautiful story of a retirement home in France Before going into the details of the studies, I must tell you the story of this retirement home

The beautiful story of a retirement home in France
Before going into the details of the studies, I must tell you the story of this retirement home in Seine-et-Marne which miraculously escaped the damage of Covid-19. The story was published in a scientific journal, so it is not a fairy tale [6]. It started off badly, with a person from the nursing home hospitalized with "scabies". Three other residents were also infected with this rare disease. Immediately, the classic protocol is applied: all residents and caregivers receive ivermectin, indicated to prevent and cure scabies. But we were also in the midst of the Covid-19 epidemic, and 7 out of 69 residents tested positive for the coronavirus. And yet, despite an average age of 90 among the positive cases, no resident has died from Covid-19, and only one has had to be treated with oxygen. It's quite spectacular, 0 deaths, when we know that the mortality was 5% in nursing homes next door! This is a very positive signal for ivermectin, in prevention and in treatment! And this is confirmed by studies.
Hyper-effective in prevention: no positive case among Argentinian caregivers! In prevention, ivermectin works at least as well as the best vaccines. The biggest prevention study came from Argentina, with spectacular results [7]. There, 1,200 nursing staff were separated into two groups: A group of 800 people received 12 milligrams of ivermectin, once a week for several months (+ a nasal spray); A group of 400 people received nothing. Well, quite amazingly, NO caregivers who received ivermectin tested positive for Covid-19, compared to 236 caregivers in the other group !! That's a 100% success rate, with 0 people infected on one side, versus 58% of people infected on the other!
In Egypt, the results were a little less spectacular, but extremely positive. Here too, the nursing staff were separated into two groups [8]: 100 caregivers received a high dose of ivermectin on days 1 and 7; 100 caregivers received nothing. The result: there were 5 times less contamination in the group that received ivermectin (only 2 caregivers compared to 10). Another randomized study, also in Egypt [9], showed an almost 90% decrease in the number of infections in family members of a Covid-19 patient, when they received ivermectin rather than nothing at all. In India, a retrospective study observed a 75% reduction in the number of people infected with Covid-19, thanks to ivermectin [10]. In total, researchers have observed that countries that use ivermectin to prevent parasites have significantly fewer positive cases for Covid-19 than others [11]. The effect is even clearer when we look at the autonomous regions within the same country which distributed ivermectin compared to the others.
Thus, in Brazil, the cities of Itajai, Macapa and Natal have massively distributed ivermectin, with much better results than in the surrounding cities [12]! In treatment: 40 to 90% reductions in mortality! The spectacular effectiveness observed in prevention is also confirmed in early treatment.
The largest randomized study was done in Bangladesh (yes, poor countries are doing useful studies while rich countries have tested ineffective remdesivir at 2,000 euros). In this study, all the patients received an antibiotic (azithromycin or doxycycline), but those who received ivermectin in addition were much more likely to recover quickly [13].
In another study from Iraq, all patients were treated with the elements of the effective protocol described above, including vitamin C, vitamin D, zinc, and azithromycin - further evidence that one is often better treated in patients. poorer countries than in the West. Unsurprisingly, with this effective protocol, all patients came out without a hitch. But those who received ivermectin recovered on the 6th day, compared to the 12th day for others! [14] In fact, when doctors use ivermectin, the results are obvious.
Chiapas, a small region of Mexico, has decided to treat the population with ivermectin, against official recommendations. The result: this region has seen a drop in the number of cases and deaths linked to Covid, while the rest of Mexico was still suffering from the damage of the epidemic [15]! And the benefits of ivermectin have been confirmed in hospital patients. In total, there are 4 randomized inpatient studies, with excellent results each time.
The most recent comes from Iran, which observed 3% mortality with ivermectin, compared to 19
And to complete, there is at least one hospital that saved the West's honor by taking an interest in ivermectin. Doctors in Florida, USA, afterwards compared patients treated with ivermectin and others, and found a marked decrease in mortality [17].
The incredible example of Paraguay to conclude And if you were still in doubt, take a look at what happened in Paraguay instead. A small autonomous region, Alto Parana, decided last September to massively distribute ivermectin. To avoid being reprimanded by state authorities, this region has pretended to want to launch a major fight against parasites (see how far censorship and absurdity go!). A total of 30,000 boxes of ivermectin had been distributed within a few weeks, and by October 15, the epidemic had largely disappeared! Instead, see the results for this region (in blue) compared to the results for other regions of Paraguay [18]: In short, ivermectin works, beyond all hope. And now watch what the WHO and the Western authorities are going to do. My prediction: NOTHING AT ALL, despite the accumulation of scientific evidence. As they did nothing to promote the very effective vitamin D. As they did everything to demonize Professor Raoult's protocol. Very recently, a courageous association appealed to the Administrative Court of Paris to force Olivier Véran to request a temporary recommendation for use (RTU) for ivermectin against Covid-19 [19]. In vain. I am afraid that nothing can be expected of our authorities, who are intellectually or financially corrupt. But YOU can act. So take this message around. And if you have a vulnerable loved one sick with Covid-19, tell them to ask their doctor for ivermectin, in addition to other essential natural nutrients. It could save his life. Healthy, Xavier Bazin AddThis Sharing Buttons Share to Facebook Share to TwitterShare to EmailShare to PrintShare to More options ...
Sources
[2] 50,000 IU of vitamin D at one time, 1 to 2 grams per day of vitamin C distributed throughout the day, 50 mg of zinc per day for 10 days, 1 gram of quercetin (other doses do not change not). Then 0.25 mg on the 3rd and 7th day of hospitalization, this is the dosage used in the Spanish randomized study which obtained extraordinary results: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0960076020302764 ? via% 3Dihub
By carrying out an exhaustive study of scientific publications, our association observes that 4 therapeutic approaches to COVID are validated :
Vitamin D: 43 studies, 76% efficacy (p = 0.00049)
Zinc: in combination with HCQ + Azithromycin Hydroxychloroquine (HCQ) + Azithromycin: 208 studies, early stage efficacy 65% (p = 0.0005)
Ivermectin: 41 studies, 87% efficacy (p = 0.00052) Ivermectin has been seen in an impressive number (41) of studies! It acts on the spike of the envelope. THIS IS A DRUG CHEMICAL VACCINE. And ivermectin comes in a sustained-release form, which means you don't have to take it every day Undisputed reference of 2020 Ivermectin Docks to the SARS-CoV-2 SpikeReceptor-binding Domain Attached to ACE2 by STEVEN LEHRER, and PETER H. RHEINSTEIN, in vivo34: 3023-3026,2020

 
  • «
  •  Start 
  •  Prev 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  7 
  •  8 
  •  9 
  •  10 
  •  Next 
  •  End 
  • »


Page 1 of 14

C.88-Mimétisme moléculaire

C.88-Mimétisme moléculaire entre le core du virus de l'hépatite C,le ligand de Fas, la phalloïd...

Read more

C.81-Voltage-gated sodium N

C.81-Voltage-gated sodium Na+ channel allostery as the basis for the scorpion venom model of AI...

Read more

C.80-AIDS Vaccine Thai RV 1

C.80-AIDS Vaccine Thai RV 144 . Correlate of Protection: Envelope gp120 v2 Loop, Which Induces ...

Read more

C.66. Scorpion model of Inf

Hemagglutinin (HA) contains a scorpion toxin, binding to voltage-gated sodium Na+ channel: Na+ ...

Read more